HISTOIRE

1. Localisation topographique

TART-LE-HAUT se situe à environ 20 km au sud-est de Dijon et à 15 km d’Auxonne. La commune de Tart le Haut est située dans le département de la Côte d'Or qui porte le numéro 21 et dans la région Bourgogne. Le maire de Tart le Haut est Daniel Bauchet. Les habitants de Tart le Haut se prénomment Tartois, Tartoises. La commune de Tart le Haut compte 1 407 habitants. En terme de population, la ville de Tart le Haut est la 6970ème commune de France, la 186ème de Bourgogne et la 43ème de la Côte d'Or. La commune s'étend sur 10,30 kilomètres carrés, de ce fait la densité de la population est de 136 habitants par kilomètre carré. Au sein des villes les plus proches se trouvent Echigey qui est à 1,9 km, Marliens est la seconde ville la plus proche à 2,2 km et Tart le Bas à 2,2 km.

2. Histoire et géologie

La commune de TART-LE-HAUT est située sur une colline argileuse dont le point culminant d’une altitude d’environ 235 mètres domine la plaine dijonnaise. A la fin de l’ère tertiaire, un grand lac s’étend du pied des Vosges à la région lyonnaise. Il résulte d’un effondrement qui s’est produit par à-coups entre le Jura et la Côte bourguignonne. Dans ce lac s’accumulent d’épaisses couches de marnes, d’argile et de graviers venant des zones continentales voisines. Le lac, peu à peu, s’est comblé et les couches supérieures de sédiments lacustres subissent le ruissellement des eaux superficielles qui convergent vers la Saône. Ce ravinement laisse en place des buttes de terrains sédimentaires. TART LE HAUT, situé sur l’une de ces buttes bénéficiant d’une situation privilégiée par rapport aux zones marécageuses environnantes, a probablement été investi très tôt par les hommes. Le manque de matériaux durs utilisés pour la construction ne permet pas d’avoir des vestiges très anciens propres à permettre de suivre les différentes dénominations des lieux.

Premiers noms connus : Impago oskarense ou Infine tarnensi Suivent, en 916 : Cartul de St Etienne ; en 1100, Villa Tartum ; avant 1119, Cartul de Citeaux et entre 1132 et 1798 les différents noms suivants : Tart Villa (1132), Thar (12701), Thar Villa (1287), Thart La Ville (1298), Tar (1312), Tart La Ville (1324, Thard le Hault dit Thard La Ville (1710), Tart le Hault (1714) et Tart Le Haut (1789). Le mot TART dérive du mot tertre désignant un monticule, une petite élévation de terre. 

3. Un fait historique

En 1636, le Général GALLAS des armées impériales, pendant la guerre de 30 ans, a installé son quartier général à Tart le Haut lors du siège de st Jean De Losne. D’ailleurs, le nom d’une rue y fait référence, c’est la Rue de la Guerre car c’est là qu’il était installé. Informé par le Duc de Weymar que les assiégés voulaient percer la digue de l’Ouche et lâcher les étangs de Citeaux pour inonder le pays, GALLAS décampe après avoir saccagé les « 3 Tart ».

4. Une particularité économique et la population de TART LE HAUT

Le village de la TART LE HAUT s’enorgueillissait de son vignoble d’un grand rapport et qui produisait depuis le moyen âge « un excellent vin blanc ». Le vignoble se perpétua pendant tous le 19ème siècle et même encore au début du 20ème mais la superficie des vignes ne fit que régresser sur l’ensemble du territoire national après la crise du phylloxera qui, dans les décennies 1870 et 1880, va s’étendre à tout le département de la Côte d’Or. La disparition de la vigne provoque le départ des manouvriers vers les chantiers du chemin de fer qui arrivait dans la plaine. La population qui en 1850 atteignait 650 habitants régresse régulièrement pour tomber à 206 en 1936. Elle stagne jusqu’en 1975 avant de croître régulièrement pour avoisiner les 1450 habitants en 2014.

 haut de page